Africa Entertainment

La CEDEAO exige la « libération sans condition » du président renversé Kaboré

Le bloc régional ouest-africain de la CEDEAO a appelé la junte militaire du Burkina Faso à libérer sans condition le président renversé, Roch Marc Christian Kaboré.
La CEDEAO a lancé cet appel dans un communiqué à la suite de son sommet extraordinaire tenu à Accra, la capitale du Ghana, le jeudi 3 février 2022.
Dans le communiqué, la CEDEAO réitère sa condamnation du coup d’État du 24 janvier 2022 « et exprime sa préoccupation face au maintien en détention du président Roch Marc Christian Kaboré ».
Le communiqué précise que la Conférence des chefs d’Etat de la CEDEAO a décidé, entre autres, de « maintenir la suspension du Burkina Faso de toutes les institutions de la CEDEAO jusqu’au rétablissement de l’ordre constitutionnel ».
La CEDEAO a également appelé les autorités militaires du Burkina Faso à mettre en place les institutions de transition, à adopter un calendrier de transition et à faciliter le retour à l’ordre constitutionnel dans les plus brefs délais.

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba, le chef du coup d’État, est le président du Burkina Faso.
La junte – officiellement connue sous le nom de Mouvement patriotique pour la préservation et la restauration (MPSR) – a restauré la constitution du Burkina Faso, qui avait été suspendue après avoir renversé le président Roch Kaboré lors du coup d’État du 24 janvier 2022.

La CEDEAO exige la « libération sans condition » du président renversé Kaboré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.